Les puits

Puits

La commune de Péronne compte un certain nombre de puits publics, parmi lesquels ceux des Cours-Thibaut et du Bout, ceux des Picards et du Carruge, tous portés au relevé cadastral de 1839, méritent à un titre ou à un autre une mentiImpressionon spéciale. Les dossiers de la Série 0: Péronne en faisait déjà état vers 1837 ; le « Puits balancier » (sic) est évoqué moins laconiquement en 1871, à l’occasion de la pose d’une pompe, qui donna lieu à la signature d’un marché du montant de 455 francs, signé le 31 décembre entre 
la commune, Jean-Baptiste Delaye, maçon à Péronne, et Louis Michaud, domicilié à Pont-de-Vaux, qui était appelé à fournir et poser la 
pompe. La réception d’oeuvre eut lieu le 23 juin 1872.

ImpressionEn 1913 fut établi un puits d’un mètre de diamètre au hameau des Martins. Cette installation, sur un terrain communal et en bordure du chemin vicinal ordinaire n° 15, était offerte par Étienne Tisserand, propriétaire. L’ouvrage ainsi que la pompe, deviendrait propriété communale après l’achèvement des travaux. Une délibération municipale du 27 septembre 1913 avait approuvé cette offre, et l’agent voyer cantonal Kieffer avait donné un avis favorable au projet le 9 novembre suivant. L’axe vertical du puits creusé à 1,50 m hors de l’alignement du chemin, et la fermeture de l’orifice au moyen d’une dalle de recouvrement de 0,15m d’épaisseur, paraissaient suffisants « pour assurer la sécurité des voyageurs et pour prévenir tout danger pour la libre circulation sur le chemin ».

Descriptions

Puits des Cours-Thibaut : À l’entrée d’une impasse, le puits s’encastre sous la montée 
d’escalier d’une petite maison à galerie. Le fût cylindrique, court, est surmonté d’une margelle 
circulaire débordante, sur laquelle prennent appui deux montants monolithiques verticaux reliés par une dalle horizontale, et destinés l’insertion du cylindre horizontal autour duquel s’enroulait la corde, le seau pendant à son extrémité.

Puits du Bout : Ce bel ouvrage est pareillement constitué d’un fût cylindrique et 
de la margelle débordante, recouverte en partie, devant l’entrée, par une dalle rectangulaire posée en oblique, et dont l’extrémité gauche est taillée en bec d’écoulement, au-dessus de l’auge de récupération de l’eau. Le bâti 
supérieur est soigneusement appareillé de moellons qui épousent là 
forme semi-cylindrique du fût et de la margelle ; le cylindre horizontal, actionné par une manivelle, est solidement ancré dans la 
paroi ; une dalle de couverture, largement débordante, et taillée 
en arrondi â l’arrière du puits, recouvre le tout.

ImpressionPuits des Picards: Destiné à alimenter en eau les 
deux hameaux des Picards et des Michauds, il est à cette fin, judicieusement implanté à un carrefour de chemins de desserte. Il s’apparente au 
puits du Bout, mais la margelle, non débordante, n’est ici apparente qu’en façade; le haut bâti supérieur soigneusement appareillé, prolonge le fût proprement dit. Le bras de la pompe qui actionnait la montée de l’eau a été conservé au côté droit de l’ouverture quadrangulaire. Une statuette moderne de pierre est posée sur la dalle de couverture.
Puits du Carruge: Le puits du hameau du Carruge, à bref fût cylindrique et margelle peu 
débordante, est tImpressionrès pittoresquement encastré dans une grande niche ou en feu protecteur, dont l’arcade 
d’entrée, en cintre légèrement surbaissé, est extradossée de moellons calcaires appareillés avec soin et circonscrits par un rang 
de briques plates. Le cylindre de bois s’ancre dans la maçonnerie 
de la niche, du côté gauche; il est soutenu, â l’opposé, par un 
support de fer forgé constitué d’une tige verticale porteuse, que consolident à sa base deux volutes spirées opposées, dont les montants reliés s’épanouissent autour du moyeu du cylindre en deux 
autres spires ouvertes en façon de corolle. La chaîne d’enroulement du seau a été conservée. La partie droite de l’enfeu, libre, 
servait d’abri.
DOCUMENTATION couvrant les lavoirs et les puits
Archives de Saône-et-Loire. Série C 316 
Série 0 : Péronne.
© Archives départementales de Saône-et-Loire, droits réservés.