La borne armoriée

La borne armorisée

La Borne armoriée de PERONNE

Nous avons été alertés par Jean-Pierre PIETU du risque que cette borne disparaisse comme les autres, nombreuses il y a quelques années dans les bois de Péronne.

Située dans le bois « Le long de laine » à la limite du bas des parcelles 430 et 827. Il a fallu quatre solides gaillards pour l’extraire de terre et la ramener au bourg de Péronne. Elle attend d’être installée dans un lieu sûr où elle ne risquera pas d’attirer des convoitises et sera à l’abri d’une disparition définitive

Voici qu’en dit M. F. COGNOT président du groupe archéologique du Mâconnais
Description: La hauteur est d’environ un mètre, l’épaisseur de 20 cm et le sommet est arrondi. Elle était plantée à mi-hauteur. Les motifs ne sont pas en reliefs mais gravés sur une face de la pierre, sans contour en écu. Ils représentent deux clés croisées sur lesquelles est posée une épée. L’autre face de la pierre n’a pas été travaillée
Interprétation:
Cette représentation correspond aux armes de l’abbaye de Cluny: « de gueule à deux clés d’argent (alias d’or) posées en sautoir, traversées d’une épée de même en pal, la garde d’or, en bas ».Une variante dans la description donne « de gueules, à une épée d’argent, la garde et la poignée d’or posée en pal, la pointe en bas, les deux clefs adossées d’argent, passées en sautoir, brochant le tout ».
Par comparaison, les armes de l’abbaye de Tournus sont ainsi décrites: « de gueule à une crosse d’or, posée en pal, senestrée d’une épée d’argent aussi en pal, la garde et la poignée d’or, la pointe en haut » .Une confusion peut être commise entre les armes de l’abbaye de Cluny et celles de l’abbaye de Chalon sur Saône. Ces dernières sont ainsi décrites: « de gueule à deux clés d’argent adossées et posées en sautoir, traversées d’une épée de même en pal, la pointe en haut, et accompagnées de quatre fleurs de lys d’or, disposées deux en chef et deux en flanc ». Il y a donc bien lieu de bien vérifier la présence ou l’absence de fleurs de lys.
Datation proposée: XVIIème ou même XVIIIème siècle. La forme de l’épée, son pommeau et sa garde (en esse plat) sont assez typique de cette période.

  1. F COGNOT pense que la borne de Péronne, à armoiries gravées, sans blason, sur une seule face semble représenter .les droits et les pouvoirs reconnus au Clergé et essentiellement ceux qui concernent le Temporel et non le Spirituel. On songe immédiatement à des limites de DIMERIES. Mais ce n’est peut-être pas cela car ces bornes peuvent aussi représenter les limites de domaines ecclésiastiques tenus ou concédés en fiefs.

Dans son article, M. F. COGNOT parle des autres bornes armoriées de Montbellet, de Blanot et des trois bornes armoriées de Clessé qui sont mises à l’abri dans le local communal « Le Pressoir ».M. COGNOT insiste pour que soient protégés ces « témoins de l’histoire » et que si possible soit effectué un recensement généralisé qui permettra de mieux délimiter l’organisation administrative, civile et religieuse du territoire à une période donnée car les textes dont on peut actuellement user sont trop souvent incomplets et généralement trop imprécis.