Chronologie de l’Eglise

Association « Mémoire de Péronne »

CHRONOLOGIE HISTORIQUE
DE L’EGLISE DE PERONNE

Cette brève chronologie , qui ne prétend pas être exhaustive et qu’il sera intéressant de compléter par des recherches plus approfondies , tente de reconstituer l’histoire de l’église de notre village depuis 1’époque de la Révolution française .
Les recherches effectuées d’après diverses sources ( Archives départementales de SAONE & LOIRE, Mairie , Archives de la paroisse…) ont permis de déterminer les principales étapes de cette histoire à laquelle ont contribué les hommes et les évènements au cours des trois derniers siècles .
Certains des faits relates dans cette étude s’appuient sur des documents qui sont à votre disposition ( photocopies de l’original et transcription dactylographiée )
Nous remercions par avance toutes les personnes qui voudront bien contribuer , par leurs connaissances personnelles , à compléter ce travail.
20 Mars 1793
Ce jour- la , ont été assemblés en l’Église de PERONNE tous les citoyens de la commune , qui auront à choisir les huit hommes de 18 a 40 ans , en état de porter les armes , dans le cadre de la levée de 300.000 volontaires !!! à travers la République pour faire face aux problèmes crées notamment par la guerre de Vendée et l’insurrection  » fédéraliste  » à LYON.
II est intéressant de noter qu’une telle Assemblée ait été convoquée à l’église , en relation avec l’ Arrêté du jacobin JAVOGUES du 15 frimaire AN II.
« Tous les édifice, existant. dans les Départements de Saône-et-Loire et «de l’ Ain connus sous le nom d’ églises, seront provisoirement convertis en «sociétés populaires et temples de la Raison , ou les républicains pourront s’assembler pour lire les papiers publics, les décrets de la Convention Nationale , s’y instruire de leurs droits et devoirs et se fortifier dans l’exercice de toutes les vertus de bienfaisance et d’humanité « .
2 PRAIRIAL AN VII
L’église de PERONNE, de venue  » bien national » en 1789 , comme tous les biens du clergé , est vendue par la République Française au sieur Emilland TETE , habitant à PERONNE , moyennant le prix de 904 F 50.
16 FRIMAIRE AN XI
Suivant acte notarié dudit jour, le sieur Emilland TETE et 43 citoyens de PERONNE créent une Société quant à la propriété de l’Église , dont ils deviennent ainsi propriétaires en indivision, avec interdiction pour eux de céder leur part indivise .
Cette Association se réalise entre les parties intéressées moyennant le prix de 600 F payé en «numéraire métallique» audit Emilland TETE .
16 Novembre 1810
Bénédiction de la cloche de l’église , sous le nom de Marie Suzanne ayant pour parrain François Louis de LAMARTINE et pour marraine Marie Suzanne de LAMARTINE .
21 Novembre 1825
Aux termes d’un acte de ce jour, reçu par Me DESRAYAUD, notaire
Les propriétaires indivis de l’Église en concèdent la jouissance à la commune de PERONNE , tout en s’en resservant la propriété pour la célébration des offices et les  » divers exercices de la religion ».
En contre-partie , ces propriétaires conserveront à perpétuité les trois places réservées à chacun d’eux sur les bancs de l’ Église , sans qu’aucun prix de location ne puisse être exigé de la part de ceux qui occuperont les bancs .
26 Février 1837
Monsieur le Curé Joseph MARTINOT érige le chemin de croix de l’ église en bénissant les croix et tableaux placés tout autour au cours de la cérémonie .
Année 1847
La cloche primitive est refondue par Monsieur BAUDOUIN , de MACON, et, lors de sa bénédiction , Monsieur LOUSTAUNAU , alors Maire de la Commune , en est le parrain, et Madame LOUSTAUNAU , la marraine .
Le financement des dépenses communales pour cette cloche nécessite une imposition  » extraordinaire  » des 32  » plus importants contribuables de la commune  » .
10 Août 1847
Délibération du Conseil Municipal approuvant la construction d’ un  » beffroi  » et le rehaussement du toit du clocher , en raison de la faiblesse de la charpente par rapport au poids de la nouvelle cloche et au manque d’espace pour sa mise en mouvement
II serait intéressant de rechercher la nature et l’importance des travaux ainsi décidés et qui paraissent bien avoir été exécutés à cette époque , si l’on se réfère à la délibération du 12 Avril 1849 approuvant les travaux exécutés par Monsieur DELAGE pour le rehaussement du clocher .
Si l’exécution de ces travaux se trouve confirmée , on pourra alors en déduire que le clocher de l’église aurait subi deux remaniements successifs , puisque l’on retrouve trace de travaux à ce même clocher entre les années 1876 et 1879 (voir ci-après ) .
Années 1872
Nouvelle refonte de la cloche par Monsieur Aime BURDIN , de LYON, qui en portera le poids a 950 kilos.
Cette nouvelle cloche semble bien être celle qui existe actuellement .
Années 1876/1879
Travaux d’exhaussement et de restauration du clocher , sous la direction de Monsieur PINCHARD , architecte à MACON.
Des détails intéressants sur la nature des travaux exécutes et des matériaux utilises figurent dans la reproduction des devis et cahier des charges établis par cet architecte .
Ces travaux auraient été achevés en 1879.
Année 1880
Chute de la foudre sur le clocher et dommages importants.
Année 1931
Réfection de la toiture de la nef de l’Église.
Bulletin municipal décembre 1988

L’église est une construction des années 1080 à 1120 ; seul bâtiment où le conseil n’a jamais fait de travaux, à part l’électrification de la cloche. L’intérieur est à refaire, des devis ont été faits et des subventions demandées. Si tout va bien, ces travaux se feront dans l’année 89.
Le maire, A. Blouzard
Bulletin municipal, décembre 1992

Eglise
Réalisations
Elaboré par la précédente municipalité, le projet de rénovation de l’église a été concrétisé en
1989/1990 sous l’actuel mandat. Ont été réalisés:
– des travaux de peinture
– l’abaissement du plafond de la nef
– la rénovation de l’installation électrique
– la restauration du chemin de croix.
Coût total des travaux : 202 300 F
– subventions: 90 000 F. sauvegarde des Arts Français (50 000 F)
. Conseil Régional (40 000 F)
· Charge communale: 112300 F dont 29 860 F de T.V.A. récupérable.
Pendant les travaux, une association s’était créée qui, dans un élan de générosité des habitants de la commune a pu réunir les fonds nécessaires à la réparation des bancs et de l’autel.
La sacristie achetée par la mairie au diocèse d’Autun, a été rénovée.

Le maire, P. Rougemont

Année 2012

                  Réferction de la toiture de la nef et du toit du clocher.